Le voisin



"Cher voisin,
Cette invitation au sein de notre association peut te sembler quelque peu brutale. Elle est un peu forcée, je l’avoue. Si tu es attaché sur cette chaise, bâillonné, transis de froid et mort de trouille, au cœur de ces caves que tu connais si bien, c’est que tu as repoussé un peu trop loin les limites de notre patience. Le curseur de l’écoute, de l’abnégation, de la compréhension et de la tolérance est au maximum.
Aujourd’hui, c’est toi qui tremble. D’habitude, ce sont les familles de cette cité qui frémissent à ta seule vue. Les trafics en tous genres et quotidiens de ta bande de chiens enragés, les menaces sur les habitants du quartiers, les rackets, la dope, les rodéos sauvages, les agressions physiques de plus en plus violentes, c’est fini ! En tout cas pour toi.

Notre respectable assemblée t’a « prélevé » de cage d’escalier et se réunit ce soir pour te juger. Il y a ici bon nombre de gens que tu connais, que tu croises, que tu effrayes, que tu violentes. Mr Barbusse, le retraité du 3ème ; Mme Toudic, l’ancienne gardienne du bâtiment B ; Jacques, le responsable des espaces verts où ta saloperie de molosse vient déféquer chaque jour. Nous sommes neuf aujourd’hui, demain nous serons une vingtaine et après-demain cinquante. 

Nous nous armons là où vous vous fournissez ; nous nous payons sur la bête en récoltant ton pognon, ta came, ton poing américain ou ton flingue de compète.

Alors oui, ce soir tu seras jugé. Point besoin d’avocat, ton sort est déjà jeté. Nous nous dévoilons à visage découvert sans aucune crainte d’être dénoncé, car ce soir, tu le sais, tu vas crever.
Cependant, nous avons listé toutes les accusations à charge qui pèsent sur toi. Nous allons te les énumérer, une à une, et à chacune d’elle, l’un d’entre nous te fera subir une épreuve. Une sorte de rite initiatique de passage de vie à trépas. Dans le désordre, tu seras battu, coupé, brulé, noyé, écartelé, empalé… ou pas.  Mais de façon très méthodique. L’imagination humaine est parfois surprenante, tu verras, ordure.

Tu gémis, tu voudrais crier hein salopard ! He ben, non. Tu auras juste l’occasion de gueuler comme un porc lorsqu’on t’égorgera. 

Il y a pourtant de bons chrétiens dans notre groupement. Mais tu… vous les avez poussés à bout. Alors  régulièrement, nous allons purger la cité. Nettoyage par le vide. On en retrouvera peut-être certains. L’un plombé au fond de la Seine, l’autre cramé dans sa bagnole. Règlement de comptes entre bandes déclarera la Police. Comment en effet soupçonner de bons pères de famille et des mères au foyer, traumatisées par votre bande de racailles.

Voilà cher voisin, tout est dit. Tu sais pourquoi tu vas mourir ce soir. Mais tu ne sais pas encore comment.

Tiens, tu reconnais Madame Vignaud ? Non ? Il y a 3 ans, toi et tes potes, complétement shootés dans votre merco cabrio, avez fait découvrir le saut projeté à son gamin de 4 ans. Il est aujourd’hui tétraplégique. Cet « accident » n’aura valu que 6 mois ferme au chauffeur. Vos petites fêtes ont repris, comme si jamais rien ne s’était passé. Chaque jour que Dieu fait, cette mère pleure son fils cassé et sa vie brisée.

Alors tu n’en voudras pas à Madame Vignaud, cher voisin, de se détendre un peu sur toi. Certes, ça ne lui fera pas revenir son fils en un seul morceau, mais ça fait un bien fou.

Allez, prenez cette perceuse Madame, et que la cérémonie commence !"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus... Même les pires !

Rechercher dans ce blog

Devenez Membres : soutenez-nous !